La réalité virtuelle permet désormais de détecter si les agresseurs sexuels vont récidiver malgré leur thérapie