A mi-chemin entre mythologie et fantastique, Wang sculpte des animaux qui semblent porter le monde sur leur dos